Un message édifiant

Cher lecteur, chère lectrice, quand tu lis ton journal, ou ton magazine préféré d’art contemporain, arraches-tu chaque page de publicité (en la matière, Artforum sont les champions du monde) ? Quand tu conduis, descends-tu de ta voiture pour démonter chaque panneau publicitaire ? Pourtant, la plupart du temps, ces publicités sont issues de Groupes commerciaux qui pourraient se passer d’ajouter de la pollution visuelle ; ils survivraient très bien sans. Mais on n’est jamais trop généreux !    

Je t’ai parfois sollicité pour m’aider à augmenter l’audience et la potentialité géographique du site, et cela te demandait un effort financier colossal. Mettons les choses au point : sur des milliers de lecteurs, seules deux personnes pensent régulièrement à me verser une contribution, sous forme d’abonnement. J’en profite pour, de nouveau, les remercier. Actuellement, on compte en gros, depuis 28 jours, 8 500 lecteurs sur Art-icle.fr ; c’est tout de même beaucoup. En date du 25 mai, j’ai permis l’insertion de publicités sur le site, afin d’espérer en tirer des revenus. J’en suis à cette heure à 22,45 € ! Mon euphorie est indescriptible. Elle le serait encore davantage si vous, lecteurs et lectrices, pensiez, juste pendant votre visite sur Article, à désactiver vos bloqueurs de publicité. Je sais, c’est inesthétique, inintéressant, etc. Mais pensez à l’auteur ! Ce même 25 mai, j’ai aussi inséré un lien actif qui conduit sur le site PayPal, pour faire un don. Rassurez-vous, pour le moment, le montant est de 0,00 €. Il y a donc de l’espoir (ça ne pourra pas tomber plus bas). 

Il faut bien que tu aies conscience qu’un article de Léon Mychkine ne se torche pas en 10 minutes. Cela prend des heures, des jours… Or, dans notre société, personne n’accepte de travailler gratuitement, excepté les artistes. Mais, dans le terme « artiste », on n’inclue jamais les écrivains. Rappel : l’écriture est un art. Certes, et je suis le premier à le constater, de nombreux media se fichent totalement de se poser des questions éthiques sur la manière dont on écrit sur l’art, voire, sur la manière dont on écrit tout court. On en est même à entendre dire que “Personne ne lit” ! D’un autre côté, il est vrai que certaines statistiques sur tel ou tel article laissent stupéfait : 17 secondes en moyenne pour tel article, 4mns 52s pour tel autre. En terme de temps passé à lire sur l’Internet, et pour un seul article, presque cinq minutes, c’est énorme ; la moyenne étant d’une minute ! Voilà qui est rassurant. C’est gratifiant, vu les heures de travail et de recherche passées. Vous vous direz peut-être : Mais personne ne l’oblige à écrire ! Réponse : Si, ma vie. C’est ma vie qui m’y oblige. C’est ainsi. « Bon qu’à ça », comme répondait Beckett suite à la question « Pourquoi écrivez-vous ? », posée par le journal Libération à des écrivains en 1985.

 

Léon Mychkine

Et on remet ça :


Soutenez Article en cliquant sur → PayPal 


 

Newsletter