Le Sextuplé des femmes : Les obstacles à leur condition artistique (Prolégomènes)

Posons qu’il existe et demeure a minima Six Obstacles à la condition des femmes-artistes :

• Premier obstacle : le corps

Deuxième obstacle : la chair 

• Troisième obstacle : l’esprit

• Quatrième obstacle : le social 

• Cinquième obstacle : la misogynie

• Sixième obstacle : la gestation et la parturition 

Précision : Ces six obstacles ne sont pas ici échelonnés dans un ordre canonique ; les combinaisons sont diverses. À l’inverse, on peut sans grand risque supposer que seul le quatrième obstacle peut venir percuter l’artiste-homme.

Le premier obstacle, c’est donc le corps. Vous êtes artiste-femme, et vous vous présentez face à une personne qui se trouve être un homme, afin de proposer une exposition, une participation, etc. Votre corps, vous le savez, n’a pas pour habitude de déclencher des comportements tel le loup de Tex Avery quand surgit dans son champ de vision une créature hypersexualisée. Votre corps, c’est un véhicule, il est fonctionnel, comme pour beaucoup, et c’est très bien. À partir de là, le premier obstacle est franchi. Mais peut-être est-ce trop vite dit ; car il est fort probable que, si vous êtes dotée d’un visage ingrat, “trop petite”, “trop grosse”, en fauteuil roulant, unijambiste, entre autres, alors la course d’obstacle s’arrêtera au premier, et l’on vous fera aimablement comprendre que le planning est bouclé pour 10 ans.

Passé le premier obstacle, le deuxième est esthétique. Vous êtes dotée d’un visage et de mensurations avenantes (mais même le visage suffit à passer le test, il suffit d’une jolie bouche, de jolis yeux) ; le thermomètre de la testostérone commence à grimper. On va, soit de suite soit graduellement, vous faire comprendre que si vous pouviez vous allonger, vous agenouiller, afin de remplir votre office qui est de naturellement complaire à la puissance sexuelle de l’homme en tant qu’homme, ce serait quand même un plus pour vous, et, surtout, pour votre carrière. Les problèmes, qui n’ont rien à voir avec votre production et idéal artistique, ont commencé, car vous voilà salie, réduite à un pur et simple “objet sexuel”. Rappelons que, durant l’acte d’amour (sans domination réifiante), les corps aimants peuvent devenir de purs objets sexuels sensitifs, mais ils sont consentants et partenaires conscients. 

Le troisième obstacle, c’est votre esprit. Puisque vous êtes (une) femme, votre esprit est nécessairement — ontologiquement —, différent de celui d’un homme. Alors les questions se posent : Que “cherchez-vous ?” Que voulez-vous dire ? Êtes-vous sûre de vos processus ? Ne croyez-vous pas que votre pensée procède depuis des biais cognitifs propres justement aux femmes ?

Le Quatrième obstacle, c’est le social. Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Quel est votre parcours ? Qui sont vos amis, relations ? De qui êtes-vous ou n’êtes pas l’amie ? Quel est votre réseau ? Connaissez-vous Tartempion ?

Le Cinquième obstacle, c’est la misogynie. Parfois, il faut bien faire avec ; c’est une femme qui a été choisie pour le projet, mais cela ne signifie pas qu’il faille tout de même lui accorder toute la reconnaissance minimale habituelle envers un être humain. Exemple : Une amie photographe est en train de réaliser un projet, aidée d’un assistant. Deux “administratifs”, hommes de leur état, se présentent, pour voir où cela en est. Tout le temps de l’entretien, ils ne se seront adressés qu’à l’assistant, jamais à la photographe. L’amie-photographe a déjà connu bien souvent ce genre de discrimination, car c’en est une, et très violente qui plus est, car, durant ce temps, c’est comme si l’artiste n’était pas là ; même pas en fantôme. Ce genre de pratique (c’en est une) misogyne est tout bonnement pathétique et lamentable.

Le Sixième obstacle, c’est la gestation et ou la parturition (dans l’ordre). Combien de femmes-artistes, d’artistes-femmes, ne peuvent décemment pas poursuivre une vie d’artiste dès que leur désir d’enfant ou leur parturition est avérée ? Malheur ! La question, auprès des intéressées, ne se pose jamais au sujet des hommes. N’est-ce pas étrange ?

Ces Six Obstacles, si tant est que le nombre soit juste, doivent être dénoncés, combattus, et éradiqués. 

PS. Ces premiers éléments taxonomiques sont issus de mes réflexions et de témoignages ; ils ne sont en aucun cas présentés comme définitifs ou exhaustifs, et si, chères amies-artiste, vous pensez à d’autres obstacles qui ont échappé à ma condition (je suis un homme, pardon), vous pouvez bien sûr me contacter, et me les faire connaître, afin d’enrichir le Sexté +, à mychkine@orange.fr. 

 

En Une : Orlan, “Série Corps Sculpture, Tentative pour sortir du cadre n°3”, 1966, photographie noir et blanc.

 

Léon Mychkine

 

Newsletter