ART-ICLE.FR, le site de Léon Mychkine (Doppelgänger), écrivain, Docteur en Philosophie, chercheur indépendant, critique d’art théoricien, membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA-France)

Modernité du collage. Picasso et l’exégèse normative (via une réflexion sur)

[Figure 1] Pablo Picasso, “Bouteille de vieux marc, verre, guitare et journal”, 1913, papiers imprimés et encre sur papier, 467 × 625, Collection Tate

Notice de la TATE :

«“Bouteille de Vieux Marc, Verre, Guitare et Journal” est un petit papier collé de Pablo Picasso, réalisé en 1913. Il représente une série d’objets et de fragments de papier regroupés sur une table, dont le bord ovale a été vaguement dessiné dans le coin inférieur droit de la composition. Les formes abstraites d’une guitare, d’un verre et d’une bouteille de vin découpés dans des papiers de couleur blanche, grise et noire sont juxtaposées à des lignes dessinées indiquant d’autres éléments de la forme de chaque objet. Le mot « Vieux », écrit à la main sur le goulot de la bouteille, est partiellement masqué par les formes noires et les recouvre. Deux morceaux découpés du même journal Le Figaro — dont l’en-tête —, sont collés à angle droit vers le centre. Les fragments de deux motifs de broderie par transfert prolongent l’arrangement vers les bords du papier. Les objets sont présentés selon plusieurs perspectives : tandis que la guitare et la table semblent être vues d’en haut, la bouteille et le verre sont montrés de côté. Le support bleu clair est délavé et ses bords sont irréguliers. 

L’œuvre a été réalisée en 1913, soit à Céret, soit dans le nouvel atelier de Picasso, boulevard Raspail, à Paris, où il a produit de nombreux autres collages de papier avec l’artiste Georges Braque, entre 1912 et 1913. Cette période marque une rupture pour les deux artistes avec leurs expériences de la peinture cubiste. Alors que Braque utilisait du papier imitant le grain du bois dans ses images, Picasso a introduit du papier journal dans les siennes. Dans “Bouteille du Vieux Marc, Verre, Guitare et Journal”, des éléments abstraits sont réunis pour former une nature morte harmonieuse, bien que le texte sur le plus grand fragment de journal se démarque. Selon l’historien de l’art Brandon Taylor, au début de l’année 1913, Picasso « était devenu expert dans l’art de parsemer ses papiers collés de références à toutes sortes d’événements, grands et petits – guerres et catastrophes à l’échelle mondiale, jusqu’aux faits divers, insignifiants mais déchirants » (Taylor 2004, p.20). La citation d’événements particuliers et leur réarrangement dans les papiers collés pourraient être  considérée comme une tentative de l’artiste de représenter les réalités de la ville moderne à travers un nouveau medium. Cependant, l’utilisation de “vrais” fragments de papier a étendu le langage du cubisme et a conduit à des images qui « ne devaient pas seulement être des recréations conceptuelles de la réalité mais aussi être en elles-mêmes des ajouts à cette réalité » (Douglas Cooper, The Cubist Epoch, London 1994, p.183). Picasso a déclaré que l’objectif des réalités alternatives offertes par le papier collé était le suivant :

Donner l’idée que différentes textures peuvent entrer dans une composition pour devenir la réalité dans la peinture qui rivalise avec la réalité dans la nature. Nous avons essayé de nous débarrasser du trompe-l’œil pour trouver un trompe-l’esprit… Si un morceau de journal peut devenir une bouteille, cela nous donne quelque chose à penser en rapport avec les journaux et les bouteilles également. Cet objet déplacé est entré dans un univers pour lequel il n’était pas fait et où il conserve, dans une certaine mesure, son étrangeté. Et c’est à cette étrangeté que nous voulions faire penser, car nous étions bien conscients que le monde devenait très étrange et pas vraiment rassurant.
(Cité dans Marjorie Perloff, Avant-Garde, Avant Guerre and the Language of Rapture, Londres 2003, p.44.)

En octobre 1912, Picasso écrit à Braque : « Je suis en train de réimaginer une guitare » (cité dans Taylor 2004, p. 20). Considérée dans ce contexte, “Bouteille du Vieux Marc, Verre, Guitare et Journal” est une pièce expérimentale, facilitant les explorations visuelles et matérielles d’objets quotidiens. Comme l’a démontré l’historien de l’art Robert Rosenblum, cette œuvre appartient à un groupe de papiers collés étroitement liés, produits au printemps 1913 (Rosenblum 1971, p. 605). “Guitare, verre à vin, bouteille de Vieux Marc”, 1913 (Musée Picasso, Paris), par exemple, est étonnamment similaire à “Bouteille de Vieux Marc, Verre, Guitare et Journal” dans sa composition. Des images comme celle-ci marquent la transition entre le cubisme analytique — qui consistait principalement en des peintures qui décomposaient une vue unique en un composite fragmentaire —,  et le cubisme synthétique, qui voyait les artistes superposer des fragments de papier et d’objets pour représenter l’espace dans une image bidimensionnelle. Malgré ces différences, des vestiges du cubisme analytique subsistent dans l’utilisation du texte et la palette sourde. Les collages de Picasso et Braque ont influencé conceptuellement et stylistiquement les artistes travaillant dans des mouvements tels que le futurisme, le surréalisme et le pop art, et comme l’écrit Taylor, « le papier collé cubiste … allait devenir le style le plus élégant et le plus fertile du modernisme international » (Taylor 2004, p.21).

Further reading
Robert Rosenblum, ‘Picasso and the Coronation of Alexander III’, Burlington Magazine, vol.113, no.828, October 1971, pp.604–8, reproduced p.607.
Christine Poggi, In Defiance of Painting: Cubism, Futurism, and the Invention of Collage, New Haven 1992.
Brandon Taylor, Collage: The Making of Modern Art, London 2004.

Jo Kear
March 2016 »

 

D‘après Jo Kear, ce papier collé « représente une série d’objets et de fragments de papier regroupés sur une table, dont le bord ovale a été vaguement dessiné dans le coin inférieur droit de la composition.» Jo étant un prénom mixte, je ne sais s’il faut dire “monsieur” ou “madame”, mais parlons, pour faire simple, de Kear. Ainsi donc Kear écrit, dès le début, que ce papier-collé « représente »… Mais, disons-le franchement, ce papier-collé ne représente rien du tout. Imaginons une personne qui n’a jamais vu de guitare de sa vie, il va lire “guitare” dans le cartel, mais il ne saura pas où se trouve ladite, et, à vrai dire, peu importe, car si l’on demande au “sachant”, à celui qui sait, ce qu’est une guitare, si on lui demande s’il reconnaît là une guitare, il ne pourra abonder que par charité esthético-picassienne, car, arrêtez le carrelage (Raynal), aucune guitare, de près ou de loin, ne saurait ressembler à cela. Mais, à dire vrai, c’est l’ensemble de l’œuvre qui ne ressemble à rien ; et c’est exactement ce à quoi tendait Picasso. Pourtant, Kear se donne un mal de chien, pour bien nous faire comprendre ce qu’il y a à voir : « Les formes abstraites d’une guitare, d’un verre et d’une bouteille de vin découpés dans des papiers de couleur blanche, grise et noire sont juxtaposées à des lignes dessinées indiquant d’autres éléments de la forme de chaque objet. » Le verre (?), je me demande où il est, tout autant que la bouteille (?)… Kear, pour nous en convaincre, nous dit que « “Guitare, verre à vin, bouteille de Vieux Marc”, 1913 (Musée Picasso, Paris), par exemple, est étonnamment similaire à “Bouteille de Vieux Marc, Verre, Guitare et Journal” dans sa composition.» De quoi s’agit-il ?

[Figure 2] Pablo Picasso, “Guitare, verre, bouteille de vieux marc”, 1913, papier collé papiers vergés blanc et de couleurs et papier peint à motifs floraux découpés, collés et épinglés sur papier vergé bleu, fusain gras, estompage, et craie blanche, 47,2 x 61,8 cm, Musée Picasso, Paris
Il me semble que, dans son désir d’appropriation exégétique (une notion à développer, mais pour plus tard), Kear associe bien vite les deux collages. La guitare est un thème récurrent chez Picasso. Si j’ai bien cherché sur le site électronique du Musée éponyme, on compte 138 œuvres titrées “guitare”. Cela ne veut pas dire que ces 138 œuvres sont toutes similaires. Ce qui est probable, vu depuis le point de vue d’une psychanalyse de bureau sans patient, il peut paraître que pour Picasso, la guitare est le symbole parfait de l’association du corps féminin avec celui du phallus. Mais ce n’est qu’un aparté. Toujours est-il que, désolé M. ou Mme Kear, ou Kear tout simplement, fait tout de même peu de cas de chaque œuvre. Ainsi, si l’on peut “reconnaître” une bouteille dans “Guitare, verre, bouteille de vieux marc” (c’est marqué dessus), rien que cette indication disparaît dans “Guitare, journal, verre et bouteille”, ajouté à cela que, dans ce dernier collage, la bouteille est tellement stylisée qu’on ne “voit” pas très bien comment on pourrait reconnaître ici une bouteille, si bien que le mot « VIEUX » semble tout à fait “détaché” du papier découpé sensé représenter une bouteille. Et quand bien même Kear se réclame de l’historien d’art Robert Rosenblum, pour qui « cette œuvre appartient à un groupe de papiers collés étroitement liés, produits au printemps 1913 », cela n’abolit pas l’actualité du geste, et donc de l’œuvre, à chaque fois que la main s’y porte. Si l’on reprend Whitehead, le concept d’« actualité » doit être pris au sens littéral, atomiste : ce qui est actuel est le fruit d’une actualisation, qui n’a lieu toujours qu’une seule et unique fois. Mais atomisme ne veut pas dire que le monde cesse de s’actualiser ; le monde, le cosmos, pour le dire vite, est dyadique ; il est fondé sur l’actualité et la potentialité

s’il s’actualise, c’est parce que l’atomisme est régi par deux énergies ; la continuité et la potentialité. Mais restons en là sous peine d’être trop long.

Exemple : Vous parlez avec quelqu’un. Pour commencer, vous dites : « bonjour madame ». “Votre” « bonjour madame » s’est verbalement actualisé dans sa performativité. Mais cela n’a lieu qu’une seule fois. Quand bien même vous rediriez une nouvelle fois « bonjour madame », ce n’est plus le même « bonjour madame ». Pourquoi ? Parce que, depuis le temps (cette donnée physico-cosmique qui se trouve en dehors tout autant qu’en vous-même) à passé ; “le fleuve a coulé”, dirait Héraclite. De la même manière, quand un artiste ne reprendrait plusieurs fois que le même motif dans une temporalité resserrée, cela ne veut pas dire qu’il s’agit d’un groupe « de papiers collés étroitement liés ». Il suffit de comparer Fig.1 et Fig.2 (ci-dessus si, lecteur, tu es attentif). Par exemple, on reconnaît bien le papier-peint, bien que l’on puisse se demander ce qu’il fait “là”, en surimpression sur le manche… Mais on se demande encore davantage ce que “font” [Fig. 1] ces coupures de journal… Picasso lisait-il le Figaro en composant ? Une chose que l’on peut créditer à Kear est le fait que Picasso dépicte des « formes abstraites (d’une guitare) », mais on pourrait s’interroger même sur l’expression : que veut dire « formes abstraites d’une guitare »? Soit c’est abstrait, et l’on ne reconnaît — identifie —, rien, soit ce n’est pas abstrait, et on reconnaît, mais les deux en même temps, cela me semble une opération un tantinet acrobatique, non ? Enfin, si l’on admet que telle forme de guitare est abstraite, que dire de ceci ?:

Je ne sais vraiment pas de quoi il s’agit. Mais l’ensemble du collage, à dire vrai, me paraît très abstrait ; et même la “table” créditée par Kear, je ne la vois pas. Et vous ? Si l’on recense ce qui n’est pas abstrait, nous avons le mot “vieux”, la “plus ou moins” guitare, et les fragments du Figaro. Le “reste”, franchement, je n’y comprends goutte, en terme de représentation, au sens classique. Ce que je crois comprendre, à l’inverse, c’est la modernité encore bien fraîche de cette composition. Regardez ces formes qui viennent parasiter le discours du journal, le bla bla finalement, car les nouvelles s’accumulent et retombent dans le néant,

et ce même en 1883, comme l’indique cette page du Figaro, daté du lundi 28 mai 1883. Pourquoi cette date précisément ? Que s’y lit-il ? La page telle quelle donne peu d’indications sur le choix de Picasso, à moins qu’un indice, depuis tout ce temps (30 ans tout de même !), ait retenu son attention — on oublie souvent que Picasso aimait les mots, la poésie, les jeux de mots, et qu’il était lui-même écrivain. Ainsi, je fais l’hypothèse que cette page restée à l’atelier depuis si longtemps ne le doit qu’à l’inscription d’un nom à l’écriture et sonorité étrange autant qu’exotique : Uspensky Sabor. On jurerait le nom d’un héros mystérieux, espion et aventurier… Je laisse au lecteur le soin de trouver de quoi il s’agit !

 

 

Léon Mychkine

écrivain, critique d’art, membre de l’AICA, Docteur en Philosophie, chercheur indépendant

 

 


La valeur travail ? Soutenez, via PayPal, un critique d’art qui travaille gratis douze-treize heures par jour ! (Un député, un salarié, un employé, pourrait-il comprendre une telle chose ?)  


 

Newsletter