Série Traductions : Richard Pousette-Dart (Deuxième Partie)

Œuvres récentes, 1963-1974

Deux tableaux, commencés en 1959 et achevés en 1961 (“Red Presence” and “Golden Presence”), démontrent la préoccupation de Pousette-Dart pour une configuration picturale allover. Les petits traits dans chaque tableau s’apparentent à la technique impressionniste tardive du pointillisme employée par Seurat et ses collègues au XIXe siècle. Cependant, à la différence des pointillistes, Pousette-Dart a depuis longtemps abandonné la tentative de rendre le monde visible en regroupant des grappes de petits points de pigment ; il a plutôt utilisé ces techniques pour évoquer son vocabulaire personnel de symboles de la manière la plus radieuse possible. Dans “Red Presence” et “Golden Presence” et dans les œuvres de Pousette-Dart de ces dix dernières années, l’éparpillement des formes et des symboles biomorphiques semble être dans les tableaux des armatures pour la couleur plutôt que des formes animées fonctionnant comme des éléments graphiques discrets. En fait, lorsqu’une série de photographies en noir et blanc a été prise sur des peintures datant de 1964 à 1974, la moitié d’entre elles étaient impossibles à photographier, car les changements de valeur étaient si légères dans les images que l’on obtenait un gris moyen, presque uniforme. Dans l’autre moitié, les formes lisibles étaient généralement centrées, souvent des variations sur un motif en cercle.

Richard Pousette-Dart, “Red presence – 3”, 1972, acrylique sur toile, 183.2 x 183.2 cm

 

Richard Pousette-Dart, “Golden Presence”, 1961, huile sur lin, 193 x 165.1 cm,

En revanche, les photographies en noir et blanc de peintures réalisées à des stades antérieurs de la carrière de l’artiste présentent des compositions asymétriques et des contrastes et changements de couleurs qui sont souvent aussi des changements de valeurs. Des indices d’une armature cubiste sont souvent visibles, et les premières images ont un traitement ou une touche expressionniste plus prononcée. Les motifs de couleur et de forme en alternance dans des tableaux comme “Presence”, Ramapo Mist” (1969), sont proches de certains tableaux de Jackson Pollock des années 1950. “Lavender Mist – Number 1” (1950) est l’un des plus grands tableaux de Pollock où la peinture est dirigée sans que l’outil (pinceau, bâton, spatule, outil de pâtisserie) ne touche la toile. L’équilibre entre la peinture comme dessin et la peinture comme couleur est presque parfait. De petits points de peinture couvrent la surface tout en laissant émerger des formes ramifiées. Dans deux des tableaux ultérieurs de Pollock, “White Light” (1954), et “Scent” (1955), il a tenté d’étendre davantage le motif allover en supprimant la structure linéaire et, dans le cas de “Scent”, il a utilisé une méthode traditionnelle d’effleurage pour appliquer les dernières couches de peinture. Pousette-Dart est parvenu à une conclusion similaire dans des tableaux comme “Radiance #6”, “Lavender” (1972-74), et “Presence”, “Ramapo Mist” par l’accumulation continue de points de couleur discrets. Ce qui était des formes de couleur changeantes dans les tableaux antérieurs est ressenti comme un mouvement généralisé dans ces tableaux plus récents. En fait, des formes similaires à celles créées il y a plus de dix ans sont maintenant utilisées comme sous-structure dans de nombreux tableaux à recouvrement. En regardant ces tableaux, il est important de noter qu’ils sont le résultat d’un long processus de dématérialisation des formes accumulées sur la toile. On sent une stratégie, peut-être le résultat d’une dialectique interne entre l’artiste et son travail récent, y compris les tableaux de “Presence” : deux types distincts d’images ont émergé, avec des différences évidentes d’une image à l’autre au sein des deux catégories. La série des hiéroglyphes se compose de petites formes dans un motif allover qui permet à l’œil de parcourir toute la surface sans focalisation distincte. Le second type, la série circulaire, présente une forme centralisée, souvent circulaire ou elliptique, qui rive instantanément l’œil sur une seule partie du tableau. C’est comme si Pousette-Dart avait développé deux types de mètres poétiques pour incarner ses sentiments. Deux peintures murales, toutes deux achevées à la fin de l’été 1974, résument et prolongent sa série de hiéroglyphes et sa série circulaire.

Richard Pousette_Dart, “Radiance #6”

 

Richard Pousette-Dart, “ Untitled (Presence, Black Circle)”, 1978, acrylic on handmade paper, 58,4 x 76,8 cm, Michael Rosenfeld Gallery, New York

 

Richard Pousette-Dart, “Presence, Ramapo Horizon”, 1975, acrylic on canvas, 182.9 x 304.8 cm, © 2010 Estate of Richard Pousette-Dart / Artists Rights Society (ARS), New York

“Presence”, Being, “Om” (1971), était le prélude, sinon l’esquisse, de la fresque de trois panneaux intitulée “Presence” (1975-74). Le mot inconnu du titre, “om”, fait référence à un chant qui est tenu comme une longue note pendant un certain temps, généralement par des groupes de personnes assises, pour induire des états de conscience élevés. En se concentrant sur le chant, le corps des participants vibre et devient un instrument de musique de premier ordre. La qualité de vibrato atteinte dans le chant collectif est analogue à la surface de peinture allover richement infléchie obtenue par l’artiste grâce à une concentration intense sur l’acte de peindre, en ajustant des centaines et des centaines de coups de pinceau pour construire un ensemble unifié à partir de contrastes de couleurs, de traits et de valeurs divergents. La poétique des œuvres de Pousette-Dart est très variée. Comme beaucoup de ses collègues, son intérêt pour la culture mondiale est anthropologique. Il examine et adopte les points forts des croyances chrétiennes, bouddhistes et brahmaniques sans appliquer l’ensemble de leurs structures philosophiques ou religieuses à lui-même ou à son art ; il utilise des formes primitives ou symbolistes lorsqu’il y a lieu. Pousette-Dart est capable de fouiller dans le grenier culturel du monde entier, de faire bouger les choses jusqu’à ce qu’il trouve des formes, des mots ou des idées qui enrichiront sa passion pour la peinture. Les aspects poétiques et religieux contemplatifs du triptyque ont une longue histoire dans l’art de l’Europe occidentale, et l’utilisation du triptyque sculpté ou peint comme retable, objet de dévotion contemplative pendant la messe, était au cœur d’une tradition sacrée. Le triptyque de Pousette-Dart aux formes circulaires, “Presence”, reprend cette tradition dans sa relation avec le mystère de la Trinité. Dans la théologie catholique, on affirme que le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont trois personnes, mais une seule divinité. Dans sa forme et sa substance, la Présence est trois formes semblables mais différentes, trois formes perçues comme une seule. L’autre murale récente de trois panneaux de la série des hiéroglyphes, “Radiance” (1973-74), a évolué pendant la préparation de ce catalogue et a changé depuis que j’ai écrit la première version de cet essai. Bien qu’elle soit trop grande pour être vue correctement dans l’atelier de l’artiste, j’ai le sentiment qu’il s’agit peut-être de l’un des meilleurs tableaux récents de l’artiste. Les hiéroglyphes de Pousette-Dart dans cette peinture murale sont éloignés des symboles picturaux utilisés par les anciens Égyptiens, Mexicains et Sud-Américains, pour désigner des choses comme les plantes, les animaux, les couleurs ou les états d’être. Le panneau de droite semble céleste, comme si ses anneaux, ses cercles concentriques et ses vrilles étaient vus de très loin, immergés dans une atmosphère bleue.

Ci-dessus trois types de “Presence” (illustrations issues du livre)

 

Richard Pousette-Dart, “Radiance (Untitled)”, 69/70, oil on canvas, 91.4 x 137.2 cm

à suivre…

 

Traduit par IA & Léon Mychkine

 

 

Newsletter