ART-ICLE.FR, le site de Léon Mychkine (Doppelgänger), écrivain, Docteur en Philosophie, chercheur indépendant, critique d’art théoricien, membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA-France)

‘Expanded Expansion’, 1969, une œuvre inexposable d’Eva Hesse (Série Traduction)

Retour d’entre les morts — la réanimation d’une œuvre d’art qui n’était pas censée durer.

Laura Hodes, Octobre 11 2022,

Forward. Jewish. Independent. Nonprofit

 

Eva Hesse devant ‘Expanded Expansion’, 1969, Whitney Museum of American Art, New York

L’œuvre d’art monumentale d’Eva Hesse “Expanded Expansion” est restée entreposée au musée Guggenheim pendant près de 35 ans. Dans les années 1990, elle a été jugée non exposable. En 2000, l’œuvre a été évaluée pour voir si elle pouvait être incluse dans une rétrospective, mais il y avait des déchirures dans le tissu et des inquiétudes quant à l’intégrité structurelle de l’œuvre.

Après un travail considérable effectué par les conservateurs pendant plus de deux ans, “Expanded Expansion” est à nouveau exposée. Les conservateurs du Guggenheim ont utilisé le terme “ressuscité” pour caractériser le retour de l’œuvre, qui, en raison de la détérioration de certains de ses éléments, est un peu plus sombre et plus fragile que lors de sa dernière apparition.

Hesse a redéfini la sculpture moderne en utilisant de nouveaux matériaux tels que la résine, le caoutchouc latex et la fibre de verre. Ironiquement, ces matériaux se sont révélés éphémères, soulevant des questions sur la nature et la définition de l’art, et sur la nécessité pour l’art de durer éternellement. Comme pour certaines des œuvres de studio plus petites présentées dans l’exposition, la dégradation des matériaux dans “Expanded Expansion” reflète le passage du temps sur un corps humain ; les tissus ont jauni avec le temps, tout comme la peau le fait avec l’âge.

Le choix des matériaux de Hesse reflète la temporalité tragique de sa courte vie. Eva Hesse est décédée à l’âge de 34 ans des suites d’une tumeur au cerveau, et sa mort précoce confère un caractère encore plus poignant à toutes les œuvres de l’exposition. Elle semble si jeune et dynamique dans la vidéo couleur muette de 1968 intitulée “Eva Hesse in her Studio on the Bowery”, filmée par Dorothy Levitt Beskind. “Expanded Expansion” était elle-même une œuvre marquante de la grande “Anti-Illusion” du Whitney Museum en 1969, “Procedures/Materials”, qui présentait les œuvres de 20 jeunes artistes “post-minimalistes”, dont Richard Serra et Bruce Nauman. La même année, alors que Hesse faisait preuve d’une assurance et d’une audace nouvelles dans son travail, on lui découvrit une tumeur au cerveau. Elle mourut un an plus tard.

Comme elle l’a dit elle-même dans un entretien accordé à Cindy Nemser en janvier 1970, quelques mois avant sa mort, toute sa vie a été une succession d’“extrêmes”, “le médecin m’a dit que j’avais la vie la plus incroyable qu’il ait jamais entendue”, a déclaré Hesse. “Vous avez des mouchoirs ? Ce n’est pas rien d’avoir une tumeur au cerveau à 33 ans. Eh bien, toute ma vie a été comme ça.”

Eva Hesse in her Bowery Studio, 1966, by SRGF, © The Estate of Eva Hesse

Hesse est née à Hambourg, en 1936. À la suite d’un pogrom d’enfants en 1938, elle et sa sœur aînée ont été mises dans un train pour Amsterdam. Sa tante et son oncle n’étant pas venus les chercher comme prévu, elle et sa sœur ont été envoyées dans un foyer catholique pour enfants. Sa tante et son oncle finissent dans des camps de concentration mais ses parents parviennent à les récupérer, elle et sa sœur, et à passer de l’Angleterre aux États-Unis à l’été 1939. À New York, sa mère est internée et son père étudie pour devenir courtier en assurances. Eva reste souvent seule à la maison la nuit et entre et sort de différentes maisons, ce qui lui cause beaucoup d’anxiété. Lorsque Eva avait 10 ans, sa mère s’est suicidée.

“Ma vie a été si traumatisante, si absurde — il n’y a pas eu une seule chose normale, heureuse”, a-t-elle déclaré. “L’art et le travail, l’art et la vie sont très liés et toute ma vie a été absurde. Il n’y a pas un seul événement dans ma vie qui n’ait pas été extrême — santé personnelle, famille, situations économiques. Et maintenant, retour à la maladie extrême — tout est extrême, tout est absurde.” “Absurdité est le mot clé”, ajoute-t-elle. “Cela a à voir avec les contradictions et les oppositions”. “Expanded Expansion” devient l’incarnation de l’absurdité par la juxtaposition de contraires extrêmes. Hesse l’a conçu de manière à ce que sa largeur soit flexible : Elle peut être disposée de manière à être étroite ou à très écartée. L’échelle de l’œuvre est énorme et imposante, plus grande que nature, et pourtant les matériaux sont fragiles et vulnérables, ressemblant à la peau et à la chair. Les matériaux sont également opposés — étamine caoutchoutée souple et fibre de verre renforcée. Lorsque l’on s’approche d’“Expanded Expansion”, on a l’impression de voir des rideaux de peau, plissés et affaissés.

Dans son entretien avec Nemser, Hesse explique une autre contradiction inhérente à “Expanded Expansion” — la juxtaposition du ridicule et de la minutie qui lui confère une qualité absurde : “Elle a ce sentiment — je ne peux plus utiliser ce mot —, d’absurdité. Parce qu’elle a potentiellement beaucoup d’associations et pourtant elle n’est rien. C’est peut-être ce qui accroît son caractère stupide. Et puis elle est assez bien faite, ce qui contredit son caractère ridicule, car il y a un souci certain de sa présentation. On se dit : Vraiment, ça ne peut pas être un simple caprice, c’est trop réfléchi. Il y a beaucoup d’inquiétude et c’est visible. Devant “Expanded Expansion”, on est impressionné par le soin apporté à la construction et par l’ampleur de l’œuvre, mais en même temps, on perçoit l’humour et l’absurdité de celle-ci.

Hesse était consciente de la fragilité de son œuvre. “Une partie de moi pense que c’est superflu et que si j’ai besoin d’utiliser du caoutchouc, c’est plus important. La vie ne dure pas, l’art ne dure pas”, a-t-elle déclaré. Mais, a-t-elle ajouté, son expérience de la maladie a placé l’idée de faire de l’art qui puisse durer “dans une autre perspective”: “Je ne suis pas sûre de ce que je ressens à ce sujet, si cela a de l’importance — cela ne devrait probablement pas en avoir —, mais j’aimerais essayer le caoutchouc qui va durer.” Elle s’est rendu compte que, comme la vie elle-même, ses sentiments étaient absurdes, que cela ne devrait pas vraiment avoir d’importance pour elle si son art durait, mais, en fin de compte, a-t-elle admis, cela en avait. Elle n’a pas eu l’occasion d’essayer le type de caoutchouc qui durerait, mais le travail sacré de ces conservateurs, et l’ensemble de l’exposition du Guggenheim, ont fait en sorte que son art perdure pour les générations futures.

 

Traduit par Léon Mychkine

écrivain, critique d’art, membre de l’AICA, Docteur en Philosophie, chercheur indépendant

 

 


Soutenez Art-icle ? Via PayPal !


 

Série-activation #3. Sur une peinture d’Eva Hesse (P.1)

 

Newsletter